L’HIVER VAROIS – EXPLICATIONS

ARTICLE DU 12/12/18

Le Mont Lachens sous la neige en Mars 2016.

Comme chaque année au début de l’hiver, la question qui revient souvent c’est “va-t-il neiger cette année ?”. Bien sûr lorsque certains d’entre vous me rencontrent par hasard ou sur le terrain, on parle du département du Var, et si l’or blanc pour certains, ou l’enfer blanc pour d’autres, fera son retour.

Nous le savons, l’hiver 2017/2018 a été spectaculaire en terme de neige sur l’ensemble du Var et il restera certainement dans les mémoires. On pourrait aussi parler du vent, mais nous allons rester sur la neige. Bien évidemment, un tel hiver n’est pas la normale non plus. Recentrons-nous quelques minutes : le département du Var est un département où la prévision météorologique mérite une attention et une expérience très particulière sur un nombre très important de paramètres, qui va bien au-delà de ce que vous voyez par exemple sur vos applications mobiles. C’est notamment valable pour les prévisions orageuses et neigeuses au regard de notre topographie. La prévision météo globale n’est pas qu’une observation de satellites/radars, de lecture de modèles météo bruts dont on va retranscrire mot pour mot ce qui est modélisé : c’est bien plus que cela, ce qui nécessite une approche très poussée toute l’année.

La situation neigeuse par excellence est le retour d’Est sur nos contrées. Mais il existe des cas bien plus complexes, comme celui de Février 2001 où le Var a connu une chute de neige historique en 24h (80cm à 1m à Saint-Maximin par exemple). Par le passé bien sûr, nous avons en mémoire des épisodes neigeux importants, d’autres anecdotiques. Ne parlons pas de la frange littorale où la neige est bien plus rare, notamment autour de Toulon. Mais si nous regardons bien, nos sommets d’altitude moyenne ont le droit chaque année à leur chute de neige (Mont Caume, Notre Dame des Anges et globalement toutes les altitudes >700m – Inutile de parler de la Sainte-Baume ou des sommets de Canjuers dans ce cas qui, eux, ont au moins deux à trois chutes de neige par an au sol en moyenne en raison de leur altitude élevée). La région de La Martre reçoit chaque année jusqu’à plusieurs chutes de neige tenant au sol, mais nous sommes à 1000m d’altitude sur ce secteur.

Donc si je dois répondre avec humour de la manière la plus facile, c’est bien sûr oui, il neigera dans le Var cet hiver. Mais on comprend bien que cette question se pose surtout sur les plaines, à basse altitude. Il faut dans ce cas une configuration propice et cela concerne tout un éventail de paramètres à analyser (vents, températures, instabilité par exemple…Et ce en général sur une grande partie de la colonne troposphérique). Sauf que dans le Var, le temps peut changer très vite, les conflits de masse d’air peuvent intervenir rapidement et complètement changer la donne en moins de 72h. Hors littoral, l’apparition de la neige, quelle que soit la quantité, n’est pas rare, dès 300-400m et parfois moins en Provence Verte. Elle l’est déjà plus dans la plaine des Maures et de l’Argens, mais aussi en Dracénie. Tout est question de masse d’air et de ce qu’il s’y passe, mais aussi de topographie. Si vous habitez Vidauban, soyons très clairs, ce n’est pas un endroit rêvé si vous aimez la neige. Ça le sera par contre mieux si vous habitez Brignoles par exemple, en terme de fréquence.

Si on laisse la neige de côté, l’hiver Méditerranéen véhicule aussi parfois de fortes pluies orageuses et quelques tempêtes.

Pour l’ensemble des raisons évoquées ci-dessus, il faut garder raison : la prévision saisonnière fait du progrès, mais n’est pas applicable sur de la prévision de fine échelle. On parlera plutôt de tendance à l’échelle d’un continent, ou d’un pays dans ce cas. Si on raisonne dans cette optique, il nous faut donc, pour le Var et pour pouvoir espérer de la neige en plaine, une bonne descente d’air froid en altitude, un conflit de masse d’air correct avec la mer Méditerranée de manière à générer de l’instabilité, donc des nuages et des précipitations suffisantes, et enfin un flux d’altitude favorable. Pour le reste, c’est clairement un affinage beaucoup plus précis qui est nécessaire quelques jours avant la chute de neige. Nous habitons dans un lieu situé au beau milieu d’un carrefour météorologique évoluant sans cesse et rapidement.

Merci pour votre attention !

Yohan Laurito